Accueil > Actualités > Actualités DELOS APEI 78 > La SAS est trop souvent méconnue

La SAS est trop souvent méconnue

Contenu de la page : La SAS est trop souvent méconnue

La SAS (Section d’adaptation Spécialisée) fait un travail remarquable auprès de l’ESAT.
Les profils des personnes accueillies à la SAS sont soit des personnes qui vont vers le travail à temps plein et qui ont besoin de travailler des points particuliers, soit c’est une aide pour se préparer à arrêter le travail, soit c’est une pause dans le chemin de vie.
La SAS propose une aide en accord avec un projet.
Les accompagnements sont de 2 ans, puis une synthèse est faite. A ce moment-là, le contrat est souvent renouvelé pour un an ce qui permet que la décision soit prise en douceur.

J’ai eu la chance de rencontrer :

  • Mohammed a 21 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT à la sous-traitance industrielle et la numérisation. La SAS permet de faire un travail sur la concentration. Il vit chez ses parents à Mantes la Jolie et ne veut pas vivre en foyer.
  • Jérémy a 24 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT à la blanchisserie, la numérisation et la sous-traitance industrielle. La SAS permet de faire un travail sur la concentration et la motivation. Il vit seul en appartement depuis 2 ans. Parfois il a des difficultés pour gérer les papiers, le SAVS l’aide, après ce sera peut être une tutrice qui le fera.
  • Maryne a 25 ans, elle fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT en atelier.
    En octobre elle sera à temps plein à l’ESAT, cela va se faire progressivement. La SAS l’aide à travailler ses problèmes de communication inhérente à sa surdité. Elle vit au foyer des Cordeliers.
  • Lucas a 22 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT au conditionnement et au tri de papier. Son but est d’intégrer l’ESAT à 100%. Il vit chez ses parents.
  • William a 30 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT au conditionnement et à l’atelier. Son but est d’intégrer l’ESAT à 100%. Il travaille la confiance en lui et la concentration à la SAS. Il vit chez ses parents à Mantes.
  • Melissa a 22 ans, elle fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT aux tapis. La SAS lui permet de faire un travail sur son comportement pour travailler à 100% à l’ESAT. Le projet de Mélissa est de quitter sa famille d’accueil pour vivre dans un foyer avec son amoureux.
  • Bernard a plus de 50 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT aux tapis. Bernard est à l’inverse des autres personnes du groupe. Il se prépare à arrêter de travailler. La diminution est progressive avec l’aide de la SAS. Il est actuellement en foyer d’hébergement mais doit trouver une place dans un autre foyer pour arrêter de travailler. C’est le FDH Les Cordeliers qui organise les visites pour trouver un nouveau lieu de vie. Il est en couple et cherche une place à 2 ce qui n’est pas simple.
  • Une autre personne accueillie a 28 ans, il fait un mi-temps à la SAS et un autre à l’ESAT au conditionnement et au démontage d’ordinateur. La SAS permet de faire un travail sur l’endurance mais il souhaite travailler à 80%. Il vit chez sa mère et ne souhaite pas changer.

Les activités sont nombreuses à la SAS, sport, cuisine, théâtre, activités artistiques et relaxation. Nous en reparlerons prochainement.

La SAS accueille 16 travailleurs et un stagiaire.
Anne-Sophie et Jessica sont éducatrices et m’ont permis de découvrir le travail très important qui est fait.
Délos Apei 78 gère 2 SAS, la SAS L’Envol à Mantes la Ville et la SAS Jean Pierrat à Buc.

En images